Parcours & histoires‎ > ‎Histoires‎ > ‎

La découverte de la Sorgue de l'Aveyron

publié le 8 mai 2010 à 13:13 par Les Amis Moucheurs   [ mis à jour : 9 mai 2010 à 12:13 ]





A ma grande surprise, très peu de poissons présents, quelques Chevesnes se montraient de temps en temps mais les premières heures étaient difficiles pour moi qui apprenait à découvrir cette Sorgue...

Je restais tout de même émerveillé par le paysage malgré une matinée très pluvieuse. Heureusement, la luminosité était relativement bonne et l'eau toujours aussi limpide. Sur les trois premières heures je pêchais au fil et sans grande certitude de faire ce qu'il fallait. Mais toujours rien, jusqu'au moment où en levant les yeux à une vingtaine de metres devant moi, j'apperçu un beau poisson d'environ 45 cm, puis un second d'environ 35 cm celui-ci. Autant vous dire que mon coeur fit un bon ! 
J'ai fait tout mon possible pour me calmer, reprendre mon souffle et essayer de savoir à quels poissons j'avais à faire. Au vu de leurs comportements, formes et couleurs, j'ai rapidement pensé à de beaux chevesnes. J'ai avancé discrètement sur cinq mètres et je me suis immobilisé en position accroupie. Alors au bout de deux minutes à peine, le plus gros se rapprocha de moi. Je lui présente une FT légère, il la regarde descend vers moi sans la prendre. C'est à ce moment là que je comprends que c'est non pas un gros Chevesne mais un très beau Barbeau. 











Après quatre heures de pêche, un peu fatigué, je me retrouve sur une Sorgue assez large, peu profonde, sur un fond rocheux avec de belles pierres parsemées qui sortent de l'eau. Toujours aucune activité de surface, je monte une nymphe oreille de lièvre beige casquée. N'ayant pas une grande expérience de la pratique de pêche au fil, je décide de sortir environ huit metres de soie, et de faire tour à tour, tous les postes en partant de ma gauche jusqu'à mon extrème droite avec une grande attention derrière les beaux cailloux émergents. Et c'est exactement là que je pris mes deux premières truites de la journée, toutes les deux derrières un cailloux.
















Je descends dans la rivière, je passe deux fois sur le poste avec une oreille de lièvre casquée orange et c'est parti ! Une troisième de 25 cm qui se trouvait exactement là ou je l'avais imaginé. C'est décidé, je reste sur cette bonne note de la journée et je rentre.

Une bonne nuit m'attend, je suis éreinté de neuf heures de pêche sans même manger qui furent pour moi un superbe moment.





















...amoucheusement,
Laurent.
J'ai profité d'un déplacement de quatre jours dans l' Aveyron le week-end du 1 mai à découvrir durant deux jours la Sorgue du côté de Saint-Affrique.

C'est une rivière magnifique, une résurgence d'une très belle limpidité qui alterne entre rapides, calme, fosses. Dans cette région elle traverse de très jolis petits villages comme celui de Versols où j'ai décidé de m'arrêter le premier jour.

Les renseignements que j'avais réussi à obtenir de cette rivière étaient qu'il était important de se rapprocher au plus près de la source et que le village de Saint-Félix de Sorgues était un bon point de départ.

Le samedi matin, sur la route de Saint-Félix, je ne pu m'empêcher de m'arrêter en voyant le superbe petit village de Versols, avec son petit pont de pierre et cette suberbe rivière le traversant. à la sortie du village en direction de Saint-Félix, vous trouverez un petit parking sur la droite. C'est là que je décide de m'arrêter, juste sur un sentiment que cet endroit m'attend.

Une fois mon matériel sur le dos, ma canne montée avec un petite nymphe oreille de lièvre casquée dessus, j'ai fait mes premiers pas dans l'eau et voici ce que j'ai découvert. Une rivière limpide coiffée d'une légère brume matinale.







Le problème, c'est que je ne connais pas ce poisson mis à part les photos que j'ai pu voir. Ne prenant pas ma FT je décide de lui présenter un gammare que m'a monter mon ami Seb juste avant que je ne parte pour l'Aveyron. Ce gammare est réalisé sur le model de celui de nicolas39 et présenté en vidéo sur son Blog.

Rien à faire, il ne manifeste pas le moindre intérêt pour celui-ci, j'essaie alors une nymphe à Ombre céramique aussi montée par Seb, qu'il prend dès le premier passage. Le combat fut de courte durée, dès le ferrage, il remonta le courant, j'avait l'impression que rien ne pouvait l'arrêter. Mon 12/100 était au maximum de sa résistance et je me fis littéralement tracté jusqu'à la rupture. Quel regrêt, seul au milieu de la rivière sans personne avec qui partager ma frustation.

Suite à ça j'ai du repasser toute ma boîte sur d'autres barbeaux de belle taille, y perdre un grand nombres mouche dans les arbres sans arrivé à en piquer un seul autre.

Cette rivière est pleine de Barbeaux de très, très belle taille. J'en ai jamais vu autant de ma vie dans un même endroits, parfois même par troupeaux entiers.











Je précise, qu'à aucun moment je n'en ai aperçu une seule ! Soit je ne suis pas encore suffisamment bon pour les voir, soit elle font preuve d'un excellent mimétisme. Le temps me le dira...

Puis, deux heures sans rien et une autre très belle bien doré mais malheureusement décrochée. 

Vers 17h00, je dois m'arrêter car un impératif m'y oblige. Je retourne donc à ma voiture en passant par la route. A mon arrivée au parking, une folle envie me prend de refaire un petit coup de pêche sur une petite partie rapide dans laquelle j'en vois bien une se poster.
















Le deuxième jour, je décide de m'arrêter à Saint-Félix, près du petit pont, belle journée sans pluie mais beaucoup de vent. Résultat...AUCUNE PRISE !!!!!
J'y ai découvert encore une fois de très beaux endroits mais la journée fut un désastre sans aucune réussite. Je reste donc sur les souvenir de ma journée précédente, certe difficile aussi mais tellement enrichissante...